Se préparer au monde de demain

Si tu ne crées pas ton avenir, quelqu'un le fera pour toi

Les Principes de Conception (2/3)

 

Tout de suite la suite des principes de conception en Permaculture, donnés par les précurseurs Bill Mollison et David Holmgren. Ceci est la suite de la première partie.

 

 

Principe n°5: Utiliser et valoriser les ressources et les services renouvelables

Une Ressource renouvelable c’est une ressource qui peut être remplacée naturellement sur des périodes raisonnables sans apport non renouvelable. La conception permaculturelle doit rechercher la meilleure utilisation possible des ressources naturelles renouvelables pour créer une production puis la maintenir, même s’il est parfois nécessaire d’utiliser certaines ressources non-renouvelables pour établir les systèmes au départ (des panneaux photovoltaïques par exemple).

Un Service renouvelable c’est un service fourni par les plantes, les animaux, la vie du sol, l’eau sans qu’ils soient consommés. L’ombre et l’abri qu’un arbre nous procure, la chaleur animale, etc, sont les exemples les plus évidents.
Il faut les utiliser au mieux afin de minimiser la consommation des ressources et mettre l’accent sur les possibilités harmonieuses d’interaction entre les humains et la nature. C’est ici que l’imagination peut s’épanouir, il faut innover pour créer des systèmes productifs ne consommant presque rien pour fonctionner.

Principe n°6 : Ne pas produire de déchets

Ici, une lettre à retenir 5 fois, le R

  • Refuser : Décider de ne pas consommer quand ce n’est pas nécessaire
  • Réduire : Limiter au maximum les matières et l’énergie nécessaires à la consommation, consommer moins fréquemment.
  • Réutiliser : réemployer, pour le même usage ou un usage plus pertinent
  • Réparer : Utiliser des compétences et une quantité très limitée de ressources supplémentaires pour restaurer une fonction
  • Recycler : Seulement en dernier recours, car cela coûte cher

Je souligne ici  l‘importance de l’entretien et de la maintenance. Un mauvais entretien, ou un entretien retardé entraîne le déclin des fonctions du système et il perd donc en efficacité.

Principe n°7 : Partir des structures d’ensemble pour arriver aux détails

La similarité des formes qu’on peut observer dans la nature et dans la société permet non seulement de comprendre ce qu’on voit, mais aussi de s’inspirer d’un motif qu’on observe à une certaine échelle et un certain contexte pour la conception d’un système à une autre échelle.
La reconnaissance des formes résulte du Principe n°1 (l’observation). C’est également le préalable nécessaire au processus de conception permaculturel.

Le plus important à intégrer, c’est la planification en zones (de 1 à 5), des plus visitées comme la zone 1 que vous irez voir plusieurs fois par jour jusqu’à la zone 5 restée sauvage où vous irez de temps en temps.

La modernité a complexifié les choses, on s’éloigne de tout bon sens ou d’intuition d’ensemble pour ordonner les possibilités multiples. Cette tendance à se focaliser sur les détails débouche sur des usines à gaz impressionnantes, des solutions monstrueuses qui mobilisent toutes nos énergies et nos ressources. Il faut parfois savoir prendre du recul pour voir le système dans son ensemble, et aller à l’essentiel. Souvent, les systèmes complexes qui fonctionnent sont ceux qui se sont développés à partir de systèmes plus simples et viables.

Il est plus important de trouver un schéma d’ensemble approprié que de comprendre tous les détails des éléments du système.

Pour revenir à la conception, il faut déterminer chaque secteur de votre espace en fonction de plusieurs éléments notamment : la direction du soleil, les vents dominants, les zones inondables ou encore l’état de votre sol. Ils sont importants pour comprendre un site et permettre l’agencement d’éléments de conception appropriés. Importants mais pas décisionnels, car l’état de votre sol peut très bien être amélioré, le vent contrôlé par une haie d’arbres, etc. Tout dépend de votre projet et de votre conception (et des caprices de la Nature).

Lorsque vous avez le nez dans votre jardin, il est parfois difficile d’avoir une vue d’ensemble. Un point de vue extérieur peut parfois engendrer une prise de conscience salvatrice et donc des changements.

 

Principe n°8 : Intégrer plutôt que séparer

Les connections entre les éléments sont aussi importantes que les éléments eux-mêmes. Le but d’un système fonctionnel et autorégulé est d’agencer les éléments de façon à ce que chacun d’entre eux réponde aux besoins et utilise les produits des autres éléments.
Notre culture scientifique nous pousse à étudier les éléments isolés, séparés du système. Ce principe nous incite à faire l’inverse, pour étudier les différentes relations qui lient les éléments entre eux.

La capacité du concepteur à créer des systèmes étroitement intégrés dépend d’une vision d’ensemble du puzzle d’interconnections. De plus, on doit s’attendre à ce que des relations écologiques et sociales nouvelles se développent au delà de ce que vous aviez imaginé.

Chaque élément remplit plusieurs fonctions.

Chaque fonction importante est assurée par plusieurs éléments.

Les relations peuvent être prédatrices ou concurrentielles, coopératives ou symbiotiques. Toutes peuvent être bénéfiques. La permaculture met l’accent sur les relations mutuelles et symbiotiques. 

Le déclin de l’énergie disponible va peu à peu modifier la perception de ce précepte, qui au lieu d’un idéalisme romantique sera vu comme une nécessité pratique

David Holmgren

 

La dernière partie se trouve ici

  • Published On : 1 année ago on 20 juin 2017
  • Author By :
  • Last Updated : octobre 11, 2017 @ 11:38
  • In The Categories Of : Se nourrir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

';